JOURNAL MUNICIPAL N°2

6 mai 2009

JOURNAL MUNICIPAL N°2

Un été décevant

Malheureusement, après 6 mois d'exercice municipal le constat de fin d'été s'avère particulièrement  décevant. Après des promesses de campagne extrêmement généreuses nous attendions des concrétisations rapides en particuliers dans les domaines touchant en priorité les tropéziens :

 

La sécurité : Dans le numéro précédent de Saint-Tropez info, la municipalité soulignait le manque d'effectifs de la police municipale et pourtant annonçait aborder la saison sans appréhension. A-t-elle fait preuve d'un  excès de confiance, de crédulité ? La sécurité des biens et des personnes a été maintes fois mise à mal, la circulation et le stationnement n'ont en rien été améliorés, chacun peut en témoigner. A l'heure d'un premier bilan, nous sommes donc en droit de nous interroger sur la « redéfinition des missions de la police municipale pour une sécurité accrue en coopération étroite avec la Gendarmerie Nationale ». 

 

La propreté :          Les Tropéziens sont unanimes, le village n'a jamais été aussi sale. Var Matin s'en est fait l'écho cet été en pointant l'incivilité des touristes. Toutefois, nombre d'entre eux sont aujourd'hui partis et la situation ne s'est pas améliorée pour autant. Qu'en est-t-il du «  cahier des charges plus contraignant » et du « suivi plus régulier » ?

 

Des décisions lourdes de conséquences

 

De surcroît,  des décisions graves et lourdes de conséquences pour l'avenir ont été prises dans la précipitation témoignant de la plus évidente  légèreté. Décisions auxquelles nous nous sommes opposées.

 

La convention de partenariat avec la Société Team French Spirit de Marc Pajot et de mise à disposition du bâtiment municipal des abattoirs à la dite société. Cette convention ne nous convient ni sur la forme qui nous a  été soumise, ni sur le fond, nous n'y avons pas vu les garanties promises.

 

La vente du jardin d'enfants, avenue Paul Signac, nous avons été outrés comme bon nombre de tropéziens par cette amputation injustifiée et inopportune de notre patrimoine. Nous n'avons pas d'autre terrain de ce type (1 918 m2 constructible sur la commune) pouvant permettre un projet ultérieur. Si tout le monde s'accorde sur la nécessité de créer une crèche digne de ce nom et satisfaisante en termes de sécurité, il n'en est pas moins vrai qu'à l'heure actuelle aucune étude n'a été réalisée. Il n'existe pas de prévision de travaux chiffrés sur ce projet. Alors pourquoi précipiter cette vente ? Pourquoi donner comme excuse permanente l'état des finances alors que la Chambre Régionale des Comptes, après contrôle, n'a rien trouvé à redire ?

Nous avons des solutions à proposer pour éviter cette dilapidation de patrimoine que nous allons soumettre à Monsieur le Maire afin d'éviter cette perte irréversible. Il ne reste qu'à souhaiter que nous soyons entendus.

 

Notre position est toujours constructive et nous regrettons sincèrement que la majorité fasse passer ces décisions particulièrement importantes en force, sans avoir été évoquées en commissions.

 

En conclusion

 

Nous avions souhaité dans le précédent journal municipal « que la nouvelle équipe soit innovante et efficace ».  Au vu des premiers résultats, ce souhait est reformulé avec encore plus de force. Nous rajouterons que nous souhaitons ardemment être écoutés sur les prises de décision engageant irrémédiablement Saint Tropez, par  pur souci démocratique.

 

Avenir et Traditions pour Saint Tropez   

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Champs obligatoires: *

Top